Les trois coups... (2)

Publié le par M. G.

Saluts…

Les saluts, au théâtre, sont le point d’orgue de la soirée, la « voiture-balai du tour de France », les « arrivederci » en italien… Bref, ils achèvent, ou parachèvent, tout un travail exécuté du comédien afin d’indiquer au public que c’est la fin, « in fine », « terminus », « alea jacta est ! ».


Les saluts se déroulent dans un ordre méticuleux, ils sont étudiés, préparés, affinés en répétition, comme le reste de la pièce, avec soin. Pourquoi ? …parce que le public a besoin de quelque chose de formel, formalisé, ficelé,  et non pas une foire à tout et n’importe quoi. La rigueur, au théâtre, est nécessaire pour la compréhension de toute chose.


D’abord, lors de l’exercice des saluts, Les Exquis Mots font, tous ensemble, un pas en avant, de façon coordonnée et liée ; puis, Béatrice remercie exhaustivement la régie, enfin chacun des comédiens se présente, seul, à deux, ou même à trois. Les acteurs ayant tenu les rôles principaux se retrouvent toujours au milieu de la scène, en l’occurrence, les 2 sœurs propriétaires du refuge « Les marmottes », Béatrice et Brigitte. Lors des applaudissements, j’applaudis moi-même mes camarades ainsi que le public, lui-même, qui s’est déplacé, qui nous a encouragés avec ses rires et ses bravos, qui a payé sa place… ou se prépare à donner son obole.


Vive le théâtre amateur !

 

Publié dans théâtraux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article