Roman : "Au cœur de la tempête" (62)

Publié le par M. P.

Roman :
             

Au cœur de la tempête
                                         

                                            Martine POUTOU
62

Article précédent

                                  Glisse la plume

Glisse la plume sur le papier

Papier de soie où se lie l’encre

L’encre des prés emmitouflés

Emmitouflés d’essences enivrantes

Enivrantes comme l’écume délavée

Délavée par un jour de pluie

Pluie de larmes et de rosée

Rosé verni dans le vitrail des nuits

Nuits qui s’égarent et tardent à rentrer

Rentrer dans la spirale où glisse la plume

Plume d’acier sur mon cœur froissé

Froissé de rêves qui s’allument

S’allument et chantent en fa mi ré

Fa mi ré sur un piano bar

Bar où l’absinthe consumée

Consumée jusqu’à rendre hagards

Hagard le temps désabusé

Désabusé d’espoirs qui s’entremêlent

S’entremêlent et se démêlent sans arrêt

Sans arrêt les mots qui s’amoncellent

S’amoncellent sur le papier

Papier jauni au fil du temps

Temps d’un espace insoupçonné

Insoupçonné comme le jour qui vient et qui m’attend

Attends la vie, attends, et ne pars pas sans moi

Moi qui ai tant à faire, moi qui ai foi en toi

Toi qui viens te blottir au creux de mes pensées

Mes pensées qui, pour toi, sur ma plume, ont glissé !

Glissé comme le temps qui sur ma vie décime

Décime chaque jour que seul l’amour anime.

                                                                (FIN)

 

Publié dans culturels

Commenter cet article