Regards philosophiques (246)

Publié le par G-L. P. / J. C.

Thème :
« La femme est-elle l'avenir de l'homme ? »
 
4
Débat :
► Je viens d’assister à une réunion sur « la violence faite aux femmes », et l’introduction à ce débat posait la question « comment aller vers l’égalité quand on est si différent ? »  Oui, il y a, et fort heureusement, des différences, mais quand la Révolution française a marqué dans le marbre : Liberté - Égalité - Fraternité, l’égalité était considérée au point de vue physique, mais du seul point de vue du citoyen. Mais c’est un marché, un peu borgne, car cette égalité concernait les hommes, la preuve c’est que pendant la Révolution et ce sera ainsi jusqu’en 1944 les Françaises n’ont pas le droit de vote, alors qu’un pays comme la Suède avait donné le droit de vote aux femmes en 1718, et que le Chili (mon pays) l’avait donné en 1933.
 Donc, le problème de l’égalité homme femme est essentiellement lié à la situation sociale dans un moment historique donné. Et, je donnerai un cas, celui de Camille Claudel, la maîtresse de Rodin, du même niveau, voire supérieur, à celui de Rodin. Elle fut condamnée par la morale étroite de son époque, on la déclara folle, et un demi-siècle plus tard on découvre que c’était une grande artiste.
 Aujourd’hui on considère la femme comme l’altérité de l’homme, son autre, mais comme cela  a déjà été dit, on donne à la femme un rôle très déterminé, et même dans cette société ou « tout à prix » le corps de la femme a un prix comme dans la publicité commerciale.
► Moi ça me gène toujours qu’on ne précise pas ce qu’on entend par égalité. Egalité d’être comme un mec, avoir un pouvoir de mec, baiser comme un mec. Tout ça pour moi, ce n’est pas un progrès, ni pour les femmes, ni pour les hommes.
Maintenant quand on dit « la femme est l’avenir de l’homme », Renaud lui dit dans une chanson et que « l’homme est l’avenir des cons ». Je dis ça par boutade, comme on fit la femme est l’avenir de l’hmme. En fait, la femme est l’avenir de l’humanité, homme ou femme. Ce que je crois, c’est qu’elle porte plus que la vie, elle porte le sentiment, elle porte la tendresse, l’empathie, le souci de l’autre.
Il y a des choses plus faciles à faire pour des femmes que pour des hommes, plus pour le féminin que pour le masculin. Il y a dans chacun du féminin, et dans chacun du masculin ; la société des femmes est moins belliqueuse parce qu’elle prend plus en compte les valeurs de l’humanité. Je préfère retenir que la femme est l’avenir de l’humanité, plus que « la femme est l’avenir de l’homme ».
Je pense que l’écologie, le socialisme sont plus dans l’esprit du féminin, alors que le capitalisme est plus dans l’esprit du masculin, qui lui est plus dans l’esprit de compétition, de combativité, dans la lutte, plus dans le profit que dans le sentiment.
Et quand je cite Renaud : « l’homme est l’avenir des cons » c’est pour dire que l’humanité c’est l’avenir, c’est l’avenir contre la bêtise, c’est-à-dire que plus on sera humain, plus on sera attentif à l’autre, à l’écoute dans l’envie de faire une société plus juste, plus belle, autant d’attitudes du côté du féminin, et plus on aura de chances d’évoluer en terme de civilisation, et de faire davantage obstacle à la bêtise.
Quant au féminin et au masculin, chacun a une part des deux en lui, et chacun doit avoir accès aux deux, à la compréhension des deux en tout cas ; le reste c’est une question de curseur en plus ou moins homme ou femme….
                                                                      (A SUIVRE)
Extraits de restitution d'un débat du café-philo
Avec nos remerciements

Publié dans culturels

Commenter cet article