Regards philosophiques (259)

Publié le par G-L. / J. C.

Thème :
« Qu'est-ce qu'être riche ? »
 
3
Débat :
► C’est bien qu’on ait déjà fait la distinction entre richesse matérielle et les autres formes de richesse. Je pense qu’il y aussi une richesse, qui me parait très importante, c’est dans la vie d’être capable de comprendre ce qui nous entoure, avoir une intelligence suffisante pour être capable d’entendre, de comprendre les informations, de lire un journal, etc. et d’avoir un niveau de compréhension suffisant, en gros ne pas être trop bête, être capable de raisonner, ça c’est une richesse.
Par contre, je pense qu’au niveau des richesses matérielles, il faut quand même que les besoins vitaux soient couverts, sinon, ça devient une préoccupation de chaque instant, et ça empêche d’utiliser son temps à d’autres richesses qu’on peut appeler « immatérielles ». Donc besoins vitaux satisfaits, pas ou peu de préoccupations financières concrètes, et après capacité de réfléchir, de penser, de faire des projets.
Et puis, surtout, l’amour, l’expérience de l’amour d’u autre ou d’une passion chez une personne : aimer, quelqu’un, ou quelque chose.
 
► Il y a des gens qui sont dans la grande misère et qui sont délaissés. Dès 1957, suite à l’appel de l’Abbé Pierre, un prêtre avait eu l’idée de s’immiscer dans un groupe de SDF pour comprendre pourquoi ils n’arrivaient pas à sortir de leur condition. Il a découvert qu’il y avait des richesses parmi ces gens là. Les richesses sont dans tous les individus si on leur donne les moyens de les développer.
 
► On est riche en amitié, oui, mais, est-ce bien une richesse ? Dans la pièce de Shakespeare « Thimon d’Athènes » un exemple nous est donné : Thimon inonde ses amis de cadeaux plus luxueux les uns que les autres. Un proche, conseiller, le prévient qu’il va se ruiner. Il le rassure en lui disant qu’il « peut puiser dans les vases de l’amitié »,  je suis riche en amis lui dit-il. Et bien sûr vient la ruine, et là un à un tous ses amis ont une bonne excuse pour ne pas pouvoir lui venir en aide, tous se défilent.
Alors qu’est-ce être riche ? Un homme, nous dit-on, a une chaise, une table, et un lit ; il est riche. Dans ce même temps, un homme a, deux chaises, deux tables, deux lits, est-il deux fois plus riche ?
Et pour revenir sur la notion de catégories sociales liées à l’argent, cela est bien illustré dans une autre pièce de théâtre (plus récente) « Le diable rouge ».
Colbert dit à Mazarin (rôle joué par Claude Rich) que le trésor public est en déficit et qu’il faut trouver de l’argent.
- Colbert :…. il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
- Mazarin : On en crée d’autres.
- Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
- Mazarin : Oui, c’est impossible.
- Colbert : Alors, les riches ?
- Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.
- Colbert : Alors, comment fait-on ?
- Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d’un malade) ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !  Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser. C’est un réservoir inépuisable.
 
► Il y a une formule beaucoup utilisée : « On ne prête qu’aux riches », et ceci autant de façon matérielle que de façon spirituelle. Celui qui a des connaissances acquiert une position supérieure.

► On dit beaucoup que notre société est individualiste, je me demande si ça n’a pas toujours été vrai ? Même la misère en Afrique n’est pas supérieure à ce qu’elle a été. Les inégalités dues à la richesse existent, mais elles sont moindres que ce qu’elles ont pu être. Puis revenant sur la richesse spirituelle, on ne réfléchit pas le ventre vide ? Il faut avoir à manger, où dormir…..
 
► A la pauvreté et la misère en Afrique s’ajoute d’autre misère, comme la misère écologique, soit de plus en plus de sécheresses et des gens qui meurent de faim, le temps je compte à cinq et un enfant es mort, et nous dissertons ici, sur ce que c’est d’être riche. Si on allait poser la question là-bas !
 
► J’ai travaillé à l’hôpital, j’étais heureuse de donner ce que je pouvais donner, ça a été ma richesse. Même si parfois je rentrais tard, sur mon vélo, je chantais. Maintenant, c’est une richesse de savoir se contenter de ce que l’on a.
 
                                                                      (A SUIVRE)
Extraits de restitution d'un débat du café-philo
Avec nos remerciements

Publié dans culturels

Commenter cet article