A chacun son cinéma…

Publié le par J. C.

 

Article précédent :     Le fil...

 

 

         Un petit clin d’œil à des cinquantenaires !

 

1961 ! Date importante s’il en est ! Si, si !

Ne serait-ce pas l’année de votre naissance ?

Cette année-là, c’était « La Dolce Vita » de Fédérico Fellini,

palmarès de Cannes précédent qui était encore à l’affiche…

L’année suivante, d’une voix caractéristique mais tendre,

Claude Nougaro chantait « Une petite fille »,

un peu aussi pour vous, fillette…

Précoce, dès deux ans, vous, petit garçon, artiste en herbe,

vous vous envoliez avec Gilbert Bécaud le « Dimanche à Orly »

L’un et l’autre, à cinq ans, en 1966, deveniez, déjà,

« Un homme et une femme » avec Claude Lelouch

tandis que « La grande vadrouille » avec Bourvil / de Funès

entamait, dès sa sortie, son énorme succès…

 

1971 ! Vous voilà âgés de dix ans, cinquantenaires d’aujourd’hui !

Vous aviez, alors, « Le souffle au cœur » selon Louis Malle

puis fredonniez, gaiement comme des enfants de douze ans,

« Les P’tites Femmes de Pigalle » avec Serge Lama

A quinze ans bien sonnés, pleins d’ambition,

« La Parisienne » de Marie-Paule Belle, naturellement,

vous faisait rêver à des lendemains qui chantent…

Deux ans plus tard, bien sûr encore chacun de votre côté,

vous suiviez « Les bronzés » de Patrice Leconte

Vos dix-huit ans, vous les avez soufflé en 1979 !

L’âge de la maturité, de la respectabilité !

Le votre fut également accompagné par « Apocalypse Now »

de Francis Ford Coppola

 

1981 ! C’est l’année de vos vingt ans !

 Age que l’on n’a qu’une fois ! Lapalissade, certes, mais vraie !

Vous les franchirent, comme il convient : allègrement, joyeusement,

en compagnie de « L’Homme de fer » d’Andrzej Wadja

Pour vos vingt-deux ans, vous n’avez pas pu échapper non plus

à « Tchao Pantin » avec l’inimitable Coluche

A vingt-cinq, vous vous retrouvèrent, logiquement,

avec Coline Serreau devant « Trois hommes et un couffin »

juste avant que, l’année suivante : 1987,

Maurice Pialat ne jette son regard « Sous le soleil de Satan »

 

 

1991 ! Comptons bien ! Sauf erreur, vous voilà trentenaires !

C’est en 1991 que le film « Borton Fink » de Joel Coen

décrocha la Palme d’or du Festival de Cannes

que l’un d’entre vous n’a découvert que très récemment !

Par contre, après « La leçon de piano » de Jane Campion

qui eut son public, son succès en 1993,

vous fîtes connaissance, l’année de vos trente cinq ans,

donc en 1996,  du peuple de l’herbe avec « Microcosmos ».

Trois ans plus tard, « Rosetta », de Luc et Jean-Pierre Dardenne,

vous invita toujours sur grand écran…

 

2001 ! Quarante ans ! Vive la vie ! Vive la Seine !

Vive « Le pont Mirabeau »  que vous avez entonné

sous la houlette du chanteur Marc Lavoine

Ensuite, le cœur toujours en fête, c’est « Le Pianiste »

de Polanski qui retint votre attention (2002) et,

comme beaucoup, vous avez partagé, de Jean-Pierre Jeunet,

« Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain »

L’année de votre quarante-cinquième anniversaire,

« Le vent se lève », porteur évidemment du lendemain…

Deux ans plus tard, vous regardez, comme beaucoup,

Laurent Cantet lire, clairement, « Entre les murs »

puis, mutuellement, vous déclarez encore,

à l’instar de Vincent Delerm, « Je pense à toi »

 

2011 !  

Année 2011 ! Vous fêtez vos cinquante ans !

Joyeux, très joyeux anniversaire à vous !

 

 

 

 

 

Publié dans quotidiens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mg 26/11/2011 18:25

merci beaucoup pour ce très bel hommage !