Alors, je sais pourquoi…

Publié le par M. P.

 

 

Poème précédent :          Au pays de cocagne     

    
  

        Alors, je sais pourquoi…

 

Par le chant de l’automne, troublante mélopée

Des feuillus qui frissonnent, leurs spires écorchées

Après la pluie scintillent des breloques de verre

Du feuillage ondulé des chênes centenaires

Alors, je sais pourquoi…

Par ce puits de lumière aux pépites diaphanes

Qui perce le feuillage avant qu’il ne se fane

D’un bruissement léger bercé d’un bleu pastel

Jaillit un jet de rais éclaboussés du ciel

Alors, je sais pourquoi…

Par la cacophonie d’un concert d’oisillons

Exerçant leurs sissones, en liesse, dans les buissons

Par ces flammées d’automne empreint de poésie

Dans la forêt frileuse aux colchiques transis

Alors, je sais pourquoi…

Par l’étreinte impétueuse, senteurs évaporées

De ce dandrarium d’espèces inopinées

De résineux tremblants aux larmes qui transpercent

Telles des perles d’ambre luisant après l’averse

Alors, je sais pourquoi…

La prégnance d’un lieu au luxe aléatoire

Concept de liberté, de paix ostentatoires

D’où les biches graciles traversent le sentier

Rencontre fortuite d’un trésor forestier

Alors, je sais pourquoi…

De ces instants uniques en plein cintre épurés

Je ramène avec moi le Superbe, comblée

Et pour tout partager de ces petits bonheurs

Avec tous ceux que j’aime, j’entends dire à mon cœur

Combien j’aime la vie

Alors, je sais pourquoi je vis.

 

 


  

  

 

Publié dans poétiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article