« Avis à la population »

Publié le par J. C.

 

Chronique précédente : De « l’élitionnisme »…

 

 

 

Jadis, dans les rues, annoncé par de bruyants roulements de tambour,

le garde-champêtre lisait, en criant presque, les informations locales…

De nos jours, la « toile » les transporte instantanément à travers le monde ! 

Comment, avec cette fabuleuse possibilité, l’internaute ne serait-il pas, donc,

tenté de lancer, à son tour, comme une bouteille à la mer, ses « avis » ?  


«  Madame, Monsieur,

Voici des informations. Importantes ! A votre réflexion citoyenne !

Primo : Aujourd’hui, plus que jamais, l’Europe est à l’ordre du jour !

Pourquoi ? C’est que l’Europe actuelle, sensée « nous protéger », a,

bien au contraire, favorisé, accéléré la néfaste marche « commune »

vers toujours plus de libéralisation, toujours plus de déréglementation,

toujours plus de démantèlement des services publics, de l’école…

Et les conséquences directes de cette injuste et révoltante politique,

- économiques (délocalisation des entreprises, dettes abyssales),

- sociales (chômage en augmentation, « réforme » des retraites),

- pécuniaires (euro si lésant, diminution du pouvoir d’achat)

expliquent les mécontentements, les déceptions, les colères, les peurs

qui, une nouvelle fois, se sont dernièrement et très clairement exprimés.

En résumé, cette Europe là nous fait-elle plutôt avancer ou régresser ?

Ce système, le capitalisme, que d’aucuns affirment en sursis, à l’agonie,

ne s’enfonce-t-il pas toujours plus dans la crise (Grèce, Portugal, Irlande) ?

Secundo : A l’heure où commencent à émerger des programmes, des projets

pour la France de 2012, si ces derniers ne commencent pas, vraiment,

à mettre en cause l’Union économique actuelle pour construire, en clair,

une « autre Europe », alors, à n’en pas douter, nous resterons, hélas,

sur nos illusions quant à un réel changement de cap. Autant le savoir !

En effet, le carcan européen est tel que sans changement de règles,

la politique « nationale » restera « encadrée » et soumise aux directives

sans possibilités de vraies ruptures, de nouvelles vraies orientations !

Dès lors, pas besoin d’être devin, pour redouter des résultats électoraux

semblables à ceux de 2002 (Présidentielles), 2005 (référendum européen),

 2011 (élections cantonales)  car le clivage d’une part, le divorce, d’autre part,

entre les couches populaires et les élites (politiques ici), rejailliront !

Quel(le) candidat(e) relèvera ce défi titanesque… si d’ici là… ?

Tertio : Qu’on se le dise ! 

Un citoyen lambda »

 


Publié dans citoyens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article