De « l’élitionnisme »…

Publié le par J. C.

 

 

Chronique précédente : Telle un « bateau ivre »…

 

 

Un supporter : Comment vas-tu ?

Un dirigeant :  Avec ce beau soleil pour un samedi matin, l’optimisme est de rigueur.  

                         Mais comme d‘habitude car c’est plutôt dans ma nature.     

Un supporter : Vois-tu, je suis content de te rencontrer. En tant qu’un des  dirigeants

                         du club de rugby, tu vas pouvoir m’éclairer. 

Un dirigeant :  Demande d’abord précisément… et je saurais peut-être te dire.

Un supporter : Est-ce vrai que tous les dirigeants des clubs de Fédérale du Comité

                         sont unanimes pour critiquer et contester la « réforme » en cours

                         concoctée par les responsables des instances fédérales ?

Un dirigeant :  Tes informations émanent d’une bonne source ! C’est tout ce qu’il

                         y a de plus sérieux.

Un supporter : Au vu des conséquences excessives, abusives de telles décisions, ces

                         réactions me semblent absolument justifiées. Et, j’espère, qu’elles

                         porteront rapidement leurs fruits.

Un dirigeant :  Pour ta gouverne, je peux ajouter que la contestation s’élargit

                         au niveau de l’ensemble des comités. De plus, une pétition nationale,

                         à laquelle chacun peut s’associer, circule.

Un supporter : Oui, je l’ai lue et l’ai déjà signée, l’ayant trouvée évidente et légitime.

Un dirigeant :  C’est bien. En fidèle supporter, on n’en attendait pas moins de toi.

Un supporter : Tout se perd ! Même le rugby maintenant est lui aussi atteint de

                          la maladie…

Un dirigeant :  …pas d’amour, toujours !

Un supporter : Hélas, non… de la maladie de « l’élitionnisme » qui, de plus en plus contagieuse, se répand largement.

Un dirigeant :  Moi, je n’en ai encore jamais entendu parler ! 

Un supporter : C’est la perte grandissante de crédibilité, et à tous les niveaux, de tous

                          les pouvoirs, des élites : mondiaux, nationaux, locaux… politiques,

                          économiques, sociaux, sportifs… temporels, spirituels…  Mais,

                          que veux-tu, ils en sont eux-mêmes totalement responsables !

Un dirigeant :   C’est grave, docteur ?

Un supporter :  Inquiétant, tu veux dire ! Et sans plaisanterie aucune ! D’ailleurs,  tu le sais tout comme moi, cela va mal un peu partout dans le monde…

Un dirigeant :   Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter les informations au quotidien.

Un supporter : Cela dit, toi, garde ta bonne humeur ! Nous en avons plus que jamais bien besoin. Et tous ! A bientôt et bonne journée… Au prochain  match.

                          A domicile !

 

 

Publié dans citoyens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article