Les Pipelettes (39)

Publié le par B. B. / J. S.

 

Article précédent :       Les Pipelettes (38)

 

Chère Arlette,

 

 

Tu te fais vraiment désirer. La boite aux lettres reste désespérément vide. Peut-être as-tu attrapé la crampe de l’écrivain ? Ou bien, c’est ton stylo qui n’a plus d’encre ? A moins que ce ne soit le prix du timbre qui te cause problème, vu que tu as toujours été près de tes sous ! En tous cas, tu ne vas pas mal : Margot m’a écrit, elle, et elle m’a dit que tu l’accompagnais, samedi 2 avril, à la salle des fêtes d’Adé pour un spectacle musical.

A ce qu’il parait, tu étais assise à côté de Monsieur Ronchon. Remarque, entre râleurs, on se comprend ! Finalement, tu lui ressembles beaucoup, tu n’arrêtes pas de te plaindre de tout et de rien. Vous formeriez un beau couple, comme les deux vieux du «  Muppet Show »…

Peut-être as-tu eu, également, un coup de cœur pour un jeune homme qui a charmé son auditoire avec son slam ? On m’a dit que tu étais captivée. Il ne t’a pas tapé sur les nerfs, c’est de la poésie populaire. Il t’a mis le cœur à l’envers, c’est de la poésie populaire. Et de moi, tu n’en as plus rien à faire, c’est de la poésie populaire…

         En tous cas, Margot a bien remarqué que ton excitation allait crescendo lors de la comédie musicale de la rampe ossunoise. Tu ne tarissais pas d’éloges sur un charmant monsieur à la voix de velours qui chantait du Gilbert  Bécaud. Tu n’as pas quitté des yeux ce beau rossignol. Et, pendant la collation qui a suivi, tu as plus d’une fois trinqué avec lui. Décidemment, il te les faut tous : le Ronchon, le slammeur et le voleur d’orange. Méfie-toi : il n’est pas prudent de courir plusieurs lièvres à la fois…

         Ici, par contre, dans le village, je n’ai pas l’embarras du choix dans le sexe opposé ! Il n’y a qu’un célibataire, et ce n’est pas la fine fleur. Le ventre proéminent serré dans une salopette à la propreté douteuse, des cheveux gras séparés par une raie au milieu du crâne, des culs de bouteille sur le nez, ce n’est pas un top modèle. Et il n’a pas inventé la poudre. Mais il fait une fixation sur moi. Je n’aime pas son regard lubrique derrière ses grosses loupes. Ca me donne la chair de poule…

         Essaie de penser à moi, cette fois- ci. Ne m’oublie pas !

 

Claudine

                                                                                                                          

 

 

 

Publié dans locaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mg 14/04/2011 18:44


référence à la soirée du 2 avril, organisée par A.D.E., avec pour programmation: Kollectif de l'homme seul , slam puis "levoyage en choeur", comédie musicale de la Rampe Ossunoise.
Bravo Claudine, quelle verve !Quel langage bigaré, vivant et chatoyant...