Regards philosophiques (49)

Publié le par G-L. P. / J. C.

 

Article précédent : Regards philosophiques (48)

 

 Thème :    « Est-il sage d'avoir confiance ? »

6

 

/ Le grand exemple de confiance, c’est la foi religieuse, qui inclut la foi dans l’avenir. Mais cette confiance peut être dangereuse. Par exemple, les kamikazes qui vont au bout de leur foi et qui se font sauter en tuant des dizaines de personnes, c’est bien qu’ils ont confiance dans ce qu’on leur a dit et répété : qu’ils iraient directement au paradis, où il leur serait offert 70 vierges.  Mais qu’a-t-on promis aux femmes kamikazes : 70 éphèbes ?

 

/ Ça n’a rien à voir avec la confiance. Ce sont des intégristes, ce n’est pas de la religion et ça n’a plus rien à voir avec l’Islam.

 

/ On a vu des kamikazes au Japon, il ne s’agissait pas de confiance dans une religion.

 

/ Ceux qui inspirent la plus grande confiance, ce sont les escrocs !

 

/ On a parlé de confiance ou de perte de confiance par rapport à un diagnostic. Lorsqu’une mauvaise annonce est faite, il y a un sentiment de trahison du corps, de l’organisme. Toute la confiance s’en va d’un seul coup ; il y a un sentiment de révolte ; la relation avec soi n’existe plus. Il y a une déconstruction totale de l’être.

 

/ La confiance est un trajet, une démarche que personne ne peut faire pour nous ; on ne peut se l’épargner ; c’est quelque chose qui nous alerte en permanence. On a besoin d’adhérer à un ensemble d’idées. Dans notre existence, nous choisissons ceux à qui nous ferons confiance.

 

/ Il est sage d’avoir confiance dans l’instabilité des choses. Cela pose le débat de l’éternité, de choses enfantines revendiquées par les religions et de la réalité éphémère des choses représentées par les sciences. La confiance serait la stabilité, serait croire dans des choses inamovibles, et la sagesse serait dans l’avenir en mouvement, dans l’incertain.

 

/ Un alpiniste dévisse et se trouve suspendu à un bout de rocher. Il crie : « Au secours ! Y a quelqu’un ? Y a quelqu’un ? » Une voix lui dit : « Je suis Dieu. Lâche le rocher, je te recevrai dans mes bras.» L’alpiniste hésite un instant, puis de nouveau il appelle : « Y a pas quelqu’un d’autre ? »

                    

/ La confiance peut être cette fleur qui pousse sur le terrain du désespoir, quand des hommes perdent toute confiance en un avenir, ils s’accrochent à n’importe quelle petite lueur qui créerait ce brin de confiance en demain.

Extrait d’une chanson du rappeur Abd Al Malik : Gibraltar : [...]

« Sur le détroit de Gibraltar, y’a un jeune noir qui n’est plus esclave, qui crie comme les braves, même la mort n’est plus entrave. /
Il appelle au courage celles et ceux qui n’ont plus confiance, il dit « ramons tous à la même cadence ! ! ! ». /
Dans le bar, y’a un pianiste et le piano est sur les genoux, le jeune noir tape des mains, hurle comme un fou. /
Fallait qu’elle sorte cette haine sourde qui le tenait en laisse, qui le démontait pièce par pièce. /
Sur le détroit de Gibraltar, y’a un jeune noir qui enfin voit la lune le pointer du doigt et le soleil le prendre dans ses bras. /
Maintenant il pleure de joie, souffle et se rassoit.
Désormais l’Amour seul, sur lui a des droits. /
Sur le détroit de Gibraltar, un jeune noir prend ses valises, sort du piano bar et change ses quelques devises, /
Encore gros d’émotion, il regarde derrière lui et embarque sur le bateau. /
Il n’est pas réellement tard, le soleil est encore haut ». /
[...]

Sur le détroit de Gibraltar s’échouent les « pateras »* [* nom donné aux embarcations de fortune.] qui n’apportent au mieux que des mourants, qui étaient partis confiants dans ce modèle européen qu’on leur montre, qui les aveuglent. [En contrepied, dans Gibraltar, le jeune noir vogue vers le Maroc].

 

/ En conclusion, pour répondre à la question : « Qu’est-ce que la confiance ? », je dirai que c’est la rectitude, la croyance dans la rectitude et dans les valeurs morales des autres, la « capacité à » et peut-être une foi, une foi en l’autre indicible, subjective, un besoin irrépressible de croire en l’autre pour croire en soi. Vivre, c’est faire confiance.

 

 
             

(Fin du thème)

 

Avec l'aimable autorisation des animateurs, 

extraits de restitution d'un débat du café-philo

http://cafephilo.over-blog.net/

avec lequel je garde un lien privilégié

en tant qu'un des artisans de sa création.


 


Publié dans culturels

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article