Un jour je serai vieille

Publié le par M. P.

 

Poème précédent :          Rêver …. De vous…

 

 

        Un jour je serai vieille

 

Un jour je serai vieille auprès de ma chandelle

Feuilletant cet album ressassant le passé

Inéluctablement la flamme qui chancelle

S’éteindra en laissant mon livre inachevé.

 

Qu’elle est triste, impensable cette lutte obsédante

Quand on aime la vie, quand on aime d’amour

Face à ma finitude le combat des vieux jours

Me fait froid dans le dos, m’afflige et me tourmente.

 

Voir mon corps dépérir, mes forces diminuer

Et perdre presque tout du meilleur du passé

Confiné dans mon cœur meurtri de solitude

De manques, d’abnégations ou même de lassitude.

 

Et vouloir retenir le temps qui m’effiloche

Ralentir la vitesse de cette sénescence

Passer de la retraite à ce temps de latence

Qui mène vers la fin qui rampe et qui s’approche.

 

Faire face à la mort, voir rompre le miroir

Reflétant ma personne pour n’y voir plus personne

Vertigineuse fuite vers l’ailleurs qui résonne

Démentielle descente dans le trou vide et noir.

 

Comment pouvoir vieillir sans se voiler la face

Sans y perdre la tête, comment y faire face

Insupportable idée d’être infantilisée

Naufrage qui menace de tous nous consumer.

 

Aimer, aimer, aimer car nous voilà tous frères

Message évangélique pas du tout désuet

Partager de sa vie pour qu’elle soit prospère

Et passer le relais sans remords ni regrets.

 

Car la vie autrement deviendrait ingérable

S’il fallait immortels vivre indéfiniment

Et la vie sans la mort serait insupportable

Le bonheur sans malheur n’aurait plus d’engouement.   

 

 


 

Publié dans poétiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article